Jean-Claude GUIDARINI

Jean-Claude GUIDARINI nous a quittés… Un bel article de Michel Bouvard

Jean-Claude GUIDARINI nous a quittés…

Avec un retard dû à une très grande émotion, j’ai le regret de vous faire part du décès de l’organiste toulousain Jean-Claude Guidarini, qui s’est éteint ce Vendredi Saint, 10 Avril 2020, à 16h30, à l’hôpital Joseph Ducuing de Toulouse…

Emporté bien trop jeune, à l’âge de 58 ans (comme Xavier Darasse, qu’il admirait), il a succombé à un long cancer contre lequel il s’est battu avec un courage et une énergie qui forcent l’admiration. Son ami Emmanuel Pélaprat, titulaire avec lui de l’orgue Puget de Notre-Dame-du-Taur, se trouvait à ses cotés et a pu l’accompagner dans les derniers moments de ce « chemin de Croix » que Jean-Claude avait accepté depuis longtemps avec lucidité et sérénité. Il avait pu encore se hisser le dimanche 1er Mars jusqu’à la tribune de Saint-Sernin, où il était également organiste, pour jouer les offices. Il m’écrivit alors sa joie profonde de retrouver le magnifique Cavaillé-Coll qu’il chérissait, et pour lequel il avait tant donné lors du dernier relevage il y a trois ans, auprès du facteur Olivier Robert.

Il s’était fixé comme un point de mire, une lumière dans ses ténèbres,  de jouer la Vigile Pascale, « ma dernière » disait-il.

Avec sans doute aussi, je le sais, l’espoir secret et inaccessible d’assister en mai aux 10 ans de ses «Moments musicaux », plus de 12 concerts annuels qu’il organisait avec passion et persévérance en deux séries : « pour le temps de l’Avent », et « de Pâques à la Trinité », invitant les jeunes organistes à jouer « son » orgue du Taur. Il présentait l’interprète, puis écoutait attentivement la musique.

Et puis vint le confinement et ses sinistres conséquences.

C’en fut trop pour sa résistance au mal.

Littéralement amoureux, dès sa jeunesse aveyronnaise, des orgues et de la Musique, il abandonne ses études de pharmacie pour se consacrer entièrement à sa passion. D’origine italienne par ses parents, son intérêt pour la facture d’orgue le conduit d’abord tout jeune à travailler durant trois ans au sein du Gabinetto restauro organi du Palais Pitti à Florence. Plus tard, il revient à Toulouse et entre dans la classe d’orgue du Conservatoire, où il devient non seulement l’élève mais en quelque sorte l’assistant de Willem Jansen et de moi-même, et l’animateur le plus zélé pour la vie de la classe. Comment oublier les nombreux  voyages d’orgue, tous  mémorables, en Italie, en Espagne, en Hollande, en Suisse etc, agrémentés de ses espiègleries de garnement toujours prêt à jouer un bon tour.

Qui d’autre que lui pouvait écrire sur le Livre d’or de l’orgue de Porrentruy : « Merci à Silbermann d’avoir réalisé une si belle copie de Ahrend ! »?  Qui d’autre que lui pouvait venir dans la nuit du 1er Avril 1992, équipé d’une échelle,  changer la plaque de ma rue (Désarnauts) pour une autre patiemment fabriquée en copie conforme, à s’y méprendre !!!  Dans les années qui ont suivi, j’allais parfois remettre cette nouvelle plaque « Rue Michel Bouvard »  quand je voulais épater des amis de passage qui cherchaient leur chemin pour arriver chez moi…  Il adorait faire des blagues, sans méchanceté aucune mais avec une généreuse complicité. Ses variations à 4 mains sur “Happy Birthday” jouées aux Augustins pour les 60 ans  de Willem Jansen témoignent de son plaisir à partager ses joies avec ses amis.

Après ses études à Toulouse durant lesquelles il collabore déjà avec le Père Philippe Bachet, il devient dans les années 90 rédacteur en chef de la Revue « Orgues Méridionales », et publie de nombreux fac-similés et documents, dont une édition remarquée du « Livre d’orgue de Toulouse » (XVIIIe siècle).

Il se fait connaître du monde de l’orgue à la fois par son talent mais aussi par ses coups de gueule contre ce qu’il appelle les « restaurations abusives »… D’un naturel plutôt explosif, son article « Touch’pas à mon orgue – la restauration en question » (1994) fait date, allant à contre-courant de la doctrine ambiante, et ne lui vaut pas que des amis parmi les experts et les facteurs. Curieusement, il rejoint pourtant en cela des considérations analogues, exposées de façon certes moins provocante par un autre « toulousain » qui n’est autre que… Jean Boyer. Ces deux « lanceurs d’alerte », à l’image d’un John Ruskin en architecture, ne communiqueront qu’une seule fois sur le sujet, de façon trop succincte (dixit Jean-Claude), alors que sur bien des points ils avaient raison avant tout le monde… Plus tard, un de ses grands amis Louis Robilliard exposera lui aussi, notamment par un article dans « Orgues Nouvelles », les mêmes préoccupations. Ce que Jean-Claude  considérait comme une altération sans retour des instruments pouvait devenir pour lui une souffrance quasi viscérale. Comme Ruskin pour les édifices vénérables, il pensait qu’à l’extrême « ce que l’on nomme restauration signifie la destruction la plus complète que puisse souffrir un orgue ».

Co-titulaire dès juin 1990 à l’église Notre-Dame-du-Taur à Toulouse, il allait fêter ses 30 ans de présence à la tribune, gardien prudent et avisé du  chef-d’œuvre d’Eugène Puget,  érigé en 3 buffets en 1880.

Simultanément, il alla habiter à Lavaur comme  titulaire et conservateur de l’orgue Cavaillé-Coll (1876) de la Cathédrale,  de 1994 à 2005. En 2007, après son retour à Toulouse, je lui proposai d’intégrer l’équipe des organistes de Saint-Sernin. Sur ces trois instruments de haute volée, il a développé tout au long de sa carrière son Art d’organiste liturgique, sa vocation véritable. Son amour des orgues et de ce métier, l’exigence de qualité qu’il impose alors, à lui-même et aux autres acteurs de la célébration, ne feront que croître jusqu’à son dernier souffle, suscitant in fine respect et affection de tous, au premier rang desquels les différents curés avec lesquels il a tant partagé, pas seulement des mots aimables… Au-delà de ses irritations ou colères proverbiales qui pouvaient se transformer la nuit en longs « Emails-bombes », doté par ailleurs d’un humour décapant et d’un cœur grand comme ça, il a toujours entretenu avec ses différents prêtres-employeurs une relation de proximité amicale, parfois filiale.

Tout au long de sa vie, Jean-Claude Guidarini s’est aussi produit comme concertiste, en France et à l’étranger, dans des programmes éclectiques, toujours recherchés et originaux, registrés avec un soin méticuleux. Il pouvait passer des heures à rechercher une combinaison inédite ou le meilleur équilibre, qui le remplissaient de joie. Extrêmement sensible, doué d’un talent musical hors du commun, il emportait l’adhésion des publics par sa sincérité et la pureté de son intention, laissant partout des souvenirs inaltérables qui ressortent aujourd’hui dans les témoignages. Il a défendu entre autres avec passion les musiques oubliées du XIXe siècle, et réalisa de nombreuses transcriptions. Il aimait particulièrement jouer avec d’autres musiciens, chanteurs, percussionnistes, chœurs, etc. Il collabora ainsi depuis des années avec son amie la soprano Nicole Fournié, qui fut présente à ses côtés jusqu’à l’extrême fin.

Ses compétences en facture d’orgue, la science et l’intelligence de son expertise, doublées d’une oreille extrêmement rare pour l’harmonisation des instruments et d’une mémoire à toute épreuve, l’amenèrent à collaborer régulièrement avec des facteurs d’orgues pour des projets de restauration ou de construction d’orgues neufs. Il a travaillé notamment avec son ami Jean Daldosso à l’élaboration de plusieurs instruments innovants (Temple du Salin à Toulouse, Eglise d’Urrugne, Cathédrale de Valence (Espagne), Basilique d’Alençon etc.)

Constamment stimulé par ses propres interrogations et sa « réflexion sur la méthode », pour une future restauration de « son orgue chéri » de Notre-Dame-du-Taur, il se lance dès les années 90 dans une recherche approfondie sur la dynastie Puget, célèbre famille toulousaine de facteurs d’orgues. Grâce à lui, le Musée de Lavaur est aujourd’hui détenteur d’un fonds d’archives important sur la facture des Puget. En attendant la création d’une salle spécifiquement dédiée, il organise dans les années 2000 deux expositions à Lavaur et dans la Ville rose sur « La manufacture Théodore Puget père et fils, facteurs d’orgues à Toulouse ». Il préparait depuis des années un ouvrage important sur  les Puget , toujours en cours. Enfin, il avait collaboré étroitement ces dernières années avec Thierry Semenoux, technicien-conseil, pour élaborer un cahier des charges de la restauration de l’orgue Puget du Taur.

Jean-Claude va nous manquer terriblement. Sa disparition est une grande perte pour Toulouse et pour le monde de l’orgue, pas seulement français. Il n’est que de voir les hommages souvent très émouvants qui se multiplient, depuis son décès, sur les réseaux sociaux, venant de toute part, y compris des USA et du Japon. De très nombreux amis, français et étrangers, appellent ou écrivent en disant qu’ils ont « comme  perdu une partie d’eux-mêmes ». Au-delà du chagrin très intense qui m’accable, je me suis posé la question de cette expression : « une partie de nous-même »… Et en effet je savais que cet être tantôt solitaire et fragile, qu’il fallait alors « porter », tantôt solide comme un roc ou serein comme un vieux sage, entretenait avec ferveur des relations amicales avec des dizaines et des dizaines d’organistes, facteurs, amis divers… dans le monde entier, notamment grâce à Internet. Il était toujours disponible, et c’est alors lui qui nous « portait » toute affaire cessante, quand nous en avions besoin, par ses conseils et ses encouragements.

Avec sa bouille, sa tignasse, son sourire, son humour, ses provocs, ses emportements, ses raideurs de gardien du temple ou ses airs négligés de Quasimodo, sa profondeur spirituelle, sa gentillesse, il était un véritable phénomène, un personnage, unique, Desproges eût dit : « étonnant ».

Par-dessus tout, j’oublie peut-être le plus important, il aimait rire, et rire encore, se moquer de lui-même et du monde, bien manger, bien boire, et il cuisinait comme un Dieu, avec une batterie de cuisine digne d’un chef étoilé !

Au même rang que sa passion pour la cuisine, il faut évoquer le Jean-Claude photographe, qui, là aussi, ne faisait pas les choses à moitié : perfectionniste dans la recherche du meilleur cadrage, il développait lui-même ses photos dans une chambre noire qu’il avait installée à Lavaur pour contrôler au mieux ses clichés.

Le matin du vendredi saint, je suis allé travailler l’orgue à Saint- Sernin, pour la première fois depuis trois semaines. Vers 15 h le Curé m’a prévenu que j’avais oublié la lumière de l’orgue. Cela ne m’arrive jamais. A 19h, après le décès de Jean-Claude je suis donc retourné. Marchant dans la ville déserte en essuyant mes larmes, je me suis dit rageusement : « je vais faire hurler l’orgue ! ». Arrivé à la tribune, j’ai appuyé sur le bouton, et la lumière s’est éteinte…  On était Vendredi saint. Assommé par la singularité de l’instant, je suis resté là un long moment à la tribune, muet et silencieux comme l’orgue, priant face à cette nef majestueuse, dans un silence assourdissant. Puis je suis rentré, avec Jean-Claude qui me disait à l’oreille: « après le Vendredi saint, il y a Pâques ! ».

Jean-Claude,

Quand je t’ai connu, j’avais 20 ans, et toi 17 !

J’étais de Rodez, et toi d’Espalion.

Pour moi ce n’est pas une page qui se tourne, c’est tout le livre…

Jean-Claude, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Michel Bouvard

%d blogueurs aiment cette page :