SNAPE

Obsèques d'Annie Girardot

Obsèques d'Annie Girardot

Nous étions nombreux à l'écoute les informations du matin le jour des obsèques d'Annie Girardot. Nous étions sans doute moins nombreux à prêter attention à l'annonce. J'espère n'avoir pas été le seul à être abasourdi, consterné, accablé par les paroles du prêtre de Saint-Roch responsable de la cérémonie. L'ai-je bien entendu nous dire que "puisque Annie était une personne joyeuse il allait présider des obsèques dans la joie et que pour atteindre ce but il allait lire un texte d'un quelconque auteur et pour rajouter de la joie il avait demandé à Paolo Conte de venir bafouiller une des ses chansons évidemment "aimée d'Annie" et, comble du bonheur pour nous, musiciens de la liturgie, comme Paolo ne pouvait pas venir avec son piano et sa sonorisation électrique, ils allaient passer le disque!!! Certes, les Evangiles, les lettres de Saint-Jean et les autres sont trop lugubres pour une cérémonie qui se veut joyeuse; certes, l'orgue ne peut pas exprimer des idées joyeuses, certes, il vaut mieux la musique "momifiée" d'un enregistrement plutôt que la voix des vivants; certes, lors des obsèques d'Annie il ne fallait pas mentionner la mort, préalable indispensable à la résurrection; certes, il faut éviter de mentionner la résurrection pour ne point choquer les personnes qui n'y croient point; certes, les chrétiens amènent leurs morts à l'église non pas pour qu'ils ressuscitent mais pour mijoter dans la douleur pendant un moment et, dans le cas qui nous occupe, pour montrer si possible par télévision, qu'ils y étaient! On peut combattre les méchants, on peut instruire les ignorants, que faire avec ce bon père?

Juan Biava

Partager cet article

Repost 0