SNAPE

Circulaire destinée aux institutions privées qui célèbrent les sacrements dans des églises pourvues d'un orgue (et d'un(e) organiste !)

Portrait Eric Lebrun 2006Madame, Monsieur,

En me rendant à plusieurs célébrations sacramentelles sur Paris et la région Ile de France dans des églises paroissiales ces dernières années, j'ai été frappé de constater que, à plusieurs reprises, l'orgue n'était pas sollicité pour le soutien du chant de l'assemblée.
Il me semble que, dans bien des cas, c'était uniquement parce que l'organiste n'avait pas été contacté, faute de savoir comment le joindre. Pourtant, c'est assez simple : dans chaque église, il y a normalement un organiste titulaire qui est responsable de fait de l'instrument qu'il tient. Vous pouvez lui demander ce service, qui lui est en principe rémunéré par la paroisse, sur la base d'un barème fixe qui n'est pas excessif, et qui est le même pour tout le monde. Il conviendra de voir dans ce cas comment dédommager la paroisse.
Pardon de ce petit rappel, car dans la plupart des cas, je ne doute pas que vous savez comment faire. Mais je crois pouvoir dire que mon sentiment devant cette absence de soutien musical était unanime, et que je me devais, au nom de mes collègues, de vous donner ces précisions.
Bien cordialement.
    Eric Lebrun,
président du Syndicat National Professionnel des Artistes Musiciens des Cultes.

Partager cet article

Repost 0