SNAPE

Rencontre avec les salariés des Sanctuaires de Lourdes. 13/09/2016

Le Congrès de l’Union Départementale (UD) 65 (Hautes-Pyrénées) de la CFTC, ça se mérite : 13 heures de train (aller/retour) et la traversée à pied de Tarbes sous une pluie battante ! Mais il en fallait plus pour me décourager d’aller à la rencontre des représentants des Sanctuaires de Lourdes.
Les salariés des Sanctuaires, actuellement dans la Fédération Communication, pourraient rejoindre celle des Services (CSFV), ils bénéficieraient ainsi de la nouvelle création de branche professionnelle des salariés de l’Église.
L’accueil fut chaleureux et j’ai rapidement pu entrer en contact avec ces personnes grâce à l’intervention efficace de Joseph Fourcade, Président de l’UD 65 (Président malgré lui, car cela fait plusieurs années qu’il essaie de « passer la main », sans succès).
Le contact a été très cordial. Mon voisin, Robin Dupont, adjoint conservateur du patrimoine au musée du sanctuaire, a même été élu « haut la main » représentant de l’UD, et Pierre Vincent, photographe du sanctuaire, a su être attentif à mon discours. Qu’ils soient tous deux remerciés pour leur disponibilité. Ils m’ont dit que la meilleure façon de faire connaissance avec les gens des Sanctuaires, c’est de faire partie de l’équipe de rugby locale.
Le Congrès de l’UD 65, justement, c’est comme un match de rugby: il faut le temps que les spectateurs s’installent, quelques ajustements pour que la vidéo et la sono fonctionnent, puis ça commence doucement par quelques passes (bilan moral, bilan financier, intervention de la MACIF), puis on se met à courir un peu plus vite avec les élections TPE (Très Petites Entreprises) et un exposé vivifiant sur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), enfin arrive la grande mêlée avec les questions diverses :

  1. j’aimerais qu’on soit ferme sur le travail du dimanche, non c’est non --oui, mais tu vois, j’en ai parlé avec d’autres UD, pour nous c’est facile de dire non, mais dans certaines régions, quand tu as 88% des employés qui veulent travailler le dimanche, si tu veux garder des adhérents, tu assouplis ta position.
    Vient le premier essai de M., célèbre pour ses sorties de terrain et autres dérapages ; --ah ça, c’est encore ces parisiens !!!! Ils nous … !!! Peuvent pas faire leurs courses un autre jour, comme tout le monde ? --Ils ont au moins 2h de transport par jour, et ils arrivent trop tard, c’est fermé. Et puis, tu n’as pas que Paris, tu as les zones touristiques et toutes les grandes villes. …
  2. J’aimerais qu’on soit plus souvent dans la presse, non mais c’est vrai, on parle toujours des mêmes.

Nouvel essai transformé de M. : --Bon oui, c’est vrai qu’on parle toujours des mêmes, mais il y a une raison, c’est que nous sommes un syndicat de dialogue, alors que les autres préfèrent le conflit, les actions « coup de poing » souvent spectaculaires et dévastatrices, que la presse aime relater. Mais rien ne t’empêche de mettre un haut parleur sur ta voiture et de monter le son pour te faire remarquer, d’acheter un porte-voix pour ton antenne syndicale et mener la fronde…

La suite, vous la connaissez : tout le monde au pub ! C’est là que se consolident les amitiés, et en effet, rien à redire sur la fraternité Tarbaise et Paloise.

Rencontre avec les salariés des Sanctuaires de Lourdes. 13/09/2016

Partager cet article

Repost 0