SNAPE

Guide Célébrer, Musique et acteurs musicaux en liturgie, guide pastoral,

Pour promouvoir la participation active, on favorisera les acclamations du peuple, les réponses, les chants des psaumes, les antiennes, les cantiques et aussi les actions ou gestes et les attitudes corporelles. On observera aussi en son temps un silence sacré.

Sacrosanctum concilium, n° 30

Guide Célébrer, Musique et acteurs musicaux en liturgie, guide pastoral,

Proposons à la réflexion un extrait de L’esprit de la Musique, 2012 : recueil qui rassemble des écrits de Benoît XVI et souligne son souci pour que les acteurs en liturgie (assemblée, auteurs, chantres, chefs de chœurs, choristes, compositeurs, éditeurs, instrumentistes dont organistes) écoutent ou fassent une musique qui soit un art qui est la gloire de Dieu et la sanctification des fidèles (Sacrosanctum Concilium, n° 112).

On s’est imaginé qu’il n’y avait de participation active que là où il y avait une activité extérieur décelable : parler, chanter, prêcher, animer la messe. Les articles 28 et 30 de la Constitution liturgique qui définissent la participation active peuvent avoir favorisé cette restriction de sens, en insistant longuement sur les actes extérieurs. Néanmoins, on cite aussi le silence comme forme de participatio actuosa. Partant de là, posons la question : pourquoi la parole, et non pas aussi l’écoute, l’accueil par les sens et l’esprit, serait-elle, seule, réalisation spirituelle en commun, activité ? Ecouter, accueillir, être ému ne sont-ils pas des activités ? (…) Soyons encore plus concrets : il est de fait que beaucoup d’hommes sont plus capables de chanter avec le cœur qu’avec la bouche, et leur chœur chante véritablement lorsqu’ils entendent le chant de ceux à qui il a été donné de chanter aussi avec la bouche, si bien qu’en ces derniers ils chantent en quelque sort eux-mêmes, et ainsi, écoute reconnaissante et chant des chanteurs deviennent ensemble une unique louange de Dieu. (…) Nous ne disons pas cela contre le chant du peuple fidèle dans son ensemble, qui a sa fonction indiscutable dans l’Eglise, mais contre une exclusivité qui ne se justifie ni par la tradition ni par la chose elle-même. L'esprit de la musique (Benoît XVI), Sous la direction de l'abbé Eric Iborra, Editions Artège, Perpignan, 2012, p.40-41

Le guide Célébrer

« Musique et acteurs musicaux en liturgie, guide pastoral »

servant à la formation des musiciens (qui eux-mêmes contribuent à la beauté de la liturgie et à la participation pleine et active des fidèles) est paru fin janvier 2014. Y sont rassemblés :

  • les chartes et le référentiel de compétences élaborés par le SNPLS et les associations partenaires ANCOLI (Association nationale des chorales liturgiques), ANFOL (Association nationale de formation des organistes), Pueri
  • les trois textes fondamentaux du magistère ecclésial liés au concile Vatican II et à la réforme qu’il a initiée (Sacrosanctum concilium, Musicam sacram et PGMR) ;
  • les textes à orientation pastorale : fonction du chantre, place des instruments autres que l’orgue, concerts,... Un index des notions clés s’y trouve en fin d’ouvrage pour permettre une utilisation concrète, selon les besoins de chacun.

Le SNPLS souhaite que cet ouvrage soit un outil d’action et de discernement vers l’harmonie et la justesse liturgique, au service de l’Eglise. Guide qui, comme son nom l’indique, montre le chemin à suivre. Il n’est pas à lire comme un roman, mais à avoir avec soi pour préparer les cérémonies et répondre à des questionnements. Il a sa place dans toutes les sacristies, tribunes d’orgue, salle de répétition de chœurs liturgiques, maisons d’édition religieuse, maisons diocésaines, séminaires, Instituts Catholiques et presbytères. 17€, disponible dans toutes les librairies, à faire acheter par les paroisses...

Guide Célébrer, Musique et acteurs musicaux en liturgie, guide pastoral,

Partager cet article

Repost 0